Le magazine est en cours de chargement…
  • 4.Adaptation climatique

    • Nos priorités
    • Œuvrer pour l'adaptation climatique jusqu'en 2027 inclus
    • Notre travail en pratique
  • Slide 1

    Équilibre entre
    la retenue et l'évacuation de l'eau

    Nous savons depuis longtemps que notre climat change et nous nous y préparons. Cela étant, le changement climatique semble avancer plus rapidement qu'on ne le pensait et les phénomènes météorologiques extrêmes se succèdent. Les fortes pluies de 2010, 2014, 2016 et 2018 et la sécheresse de 2018 à 2020 sont un avant-goût de ce qui peut arriver. Les précipitations et la sécheresse extrêmes sont un énorme défi pour notre environnement et pour notre office des eaux. L'adaptation du réseau hydrographique à un climat plus extrême est une opération majeure. Elle ne concerne pas uniquement nos ruisseaux, nos barrages et nos voies navigables mais aussi la gestion de l'eau dans les villes, les villages, les entreprises, les zones naturelles et agricoles. Tout le monde est concerné. Pour garder une longueur d'avance sur le changement climatique, l'heure est à l'élaboration de plans et à leur mise en œuvre. C'est pourquoi nous menons toutes nos activités en tenant compte de l'adaptation climatique et nous attendons la même chose de nos partenaires.

    Nos priorités:


    • Aménager ensemble la ville et la campagne de façon adaptée au climat
    • Résoudre les principales difficultés liées aux inondations
    • Assurer une gestion des niveaux et un entretien axés sur les risques
    • Retenir chaque goutte d'eau et la laisser s'écouler uniquement si besoin

  • Œuvrer pour l'adaptation climatique jusqu'en 2027 inclus

    • Nous travaillons ensemble à un aménagement du Limbourg adapté au changement climatique
    • Nous adaptons nos services d'entretien et notre gestion des niveaux d'eau à un climat plus extrême

    Consulter la carte avec les mesures
  • Nous travaillons ensemble
    à un aménagement du Limbourg adapté au
    changement climatique

    • Nous travaillons à la restauration du cycle de l'eau avec toutes les parties concernées
    • L'adaptation au changement climatique est spécifique à chaque zone
    • Nous testons le réseau hydrographique par rapport aux normes
    • Nous limitons les inondations causées par notre réseau
    • Nous développons les résultats de LIWA
    • Nous aménageons les vallées fluviales comme zone tampon climatique
    • Nous conseillons sur la planification et la construction neutres en eau
    • Nous encourageons la déconnexion des systèmes de récupération des eaux de pluie du réseau d'évacuation
    • Nous informons sur les risques liés aux inondations
    • Nous recherchons des solutions innovantes et durables

    Nous travaillons à la restauration du cycle de l'eau avec toutes les parties concernées

    La clé d'un aménagement du paysage adapté au changement climatique réside dans la restauration du cycle naturel de l'eau. Pour une meilleure infiltration des précipitations dans le sol où elles sont retenues plus longtemps (réseau lent) plutôt qu'une évacuation via le drainage, les fossés et les ruisseaux (réseau rapide). L'office des eaux travaille sans relâche sur les mesures qui touchent notre réseau mais beaucoup de mesures ne dépendent pas de nous. Nous étudions ensemble les mesures à prendre et mettons les plus prometteuses en œuvre selon une répartition des tâches à déterminer. Beaucoup de mesures nécessitent de l'espace. Nous mettons tout en œuvre, en concertation avec la province et les municipalités, pour signaler ces besoins dans les plans et visions environnementaux.

    L'adaptation au changement climatique est spécifique à chaque zone

    Nous élaborons tous les six ans, en concertation avec nos partenaires limbourgeois du secteur de l'eau, un programme d'adaptation au changement climatique. Nous concluons des accords conjoints pour chaque zone sur les étapes à suivre pour que le Limbourg résiste au changement climatique. Le principe : chaque partie applique les mesures qui relèvent de sa tâche. En tant qu'office de l'eau, nous organisons cette coopération en qualité de coordinateur de la Table ronde sur le climat pour le Limbourg. La solidarité est primordiale. Personne ne doit se tourner les pouces.

    Nous testons le réseau hydrographique par rapport aux normes

    Tous les six ans, l'office des eaux évalue si le réseau hydrographique est toujours conforme aux normes. Nous le ferons de manière cyclique à partir de 2021. Nous nous appuyons toujours sur les dernières statistiques de précipitations pour mener l'évaluation et la conception.

    Nous limitons les inondations causées par notre réseau

    Nous travaillons sur la problématique des inondations en partie dans le cadre du programme de mise en œuvre Water in Balans (Équilibre de l'eau). En tant qu'office des eaux, nous ne pouvons pas concrétiser cette ambition seuls. Des mesures sont nécessaires dans les zones rurales, les zones urbaines, dans les foyers et dans le réseau hydrographique régional (voir les quatre mécanismes à enclencher ici). Le but étant de s'assurer que le réseau hydrographique réponde aux normes établies par la province en matière d'inondation. Quand une norme n'est pas respectée, un goulet d'étranglement apparaît. Nous priorisons les goulets d'étranglement selon leur gravité. Nous voulons résoudre ces goulets d'étranglement le plus rapidement possible mais pensons qu'il nous faudra au moins attendre jusqu'en 2035 pour y parvenir.

    Voir les quatre
    mécanismes à enclencher ici.

    Nous développons les résultats de LIWA

    L'analyse intégrale du réseau hydrographique limbourgeois (LIWA) a fourni de nombreuses informations utiles sur les goulets d'étranglement et les opportunités dans le réseau hydrographique limbourgeois. Des mesures réalistes ont été élaborées et des stratégies d'aménagement de l'espace ont été étudiées avec les partenaires du projet.

    • Application tout au long de l'année d'un niveau d'eau de 50 cm sous le niveau du sol ou plus dans les zones rurales avec des barrages de l'office des eaux, des barrages agricoles et un drainage contrôlé. Application d'une sous-irrigation et mise en place de projets pilotes sur des sols agricoles sains qui infiltrent environ 10 mm d'eau de pluie supplémentaire..
    • Pour la zone urbaine, les prévisions tablent sur 25 % ou plus de surface pavée entièrement déconnectée du réseau d'évacuation d'ici 2030.
    • Dans les réserves naturelles, de bons résultats sont obtenus par la captation et la retenue d'eau lors de phénomènes météorologiques extrêmes.
    • Un développement intégral de la vallée fluviale.
    • Dans le Heuvelland, nous tablons sur une bonne gestion des sols et la mise en œuvre de mesures réalisables sélectionnées avec les agriculteurs pour retenir l'eau sur les parcelles. Le renforcement des bords de plateaux et des vallées sèches avec des éléments freinant et retenant l'eau comme les prairies, les haies, les tombes, les étangs et les buissons peut également y contribuer. Par ailleurs, en ce qui concerne la qualité de l'eau, des efforts sont faits pour modifier la destination des sols dans les zones de prélèvement des sources et dans les zones de protection des eaux souterraines.

    Nous aménageons les vallées fluviales comme zone tampon climatique

    Au cours de la période de programmation, nous allons travailler sur le développement intégral de deux vallées fluviales afin qu'elles deviennent des zones tampons climatiques qui absorbent les variations extrêmes du climat. Ce sont des parties du cours d'eau Groote Molenbeek et de la Gueule, y compris des parties des affluents. (regardez l'animation sur le développement de la vallée fluviale). D'autres cours d'eau intéressants sont le Tungelroyse, le Geleenbeek et autres, ce qui crée une accumulation d'objectifs.

    Voir l'animation sur le développement de la vallée du ruisseau ici.

    Nous conseillons sur la planification et la construction neutres en eau

    En laissant de la place à l'eau et en aménageant intelligemment le Limbourg, nous pouvons limiter les conséquences des inondations. Cela suppose de conserver des vallées dégagées et de construire les bâtiments plus en hauteur. Pour y parvenir, nous travaillons en étroite coopération avec les responsables de l'aménagement du territoire : gouvernement, municipalités et province. Nous invitons les promoteurs, les urbanistes, les aménageurs et les consultants en assainissement à travailler avec nous pour rendre les nouveaux projets neutres en eau, notamment en préservant suffisamment d'espace pour le stockage et le drainage des eaux de pluie.

    Nous encourageons la déconnexion des systèmes de récupération des eaux de pluie du réseau d'évacuation

    Au Limbourg, trop d'eau propre disparaît dans le réseau d'égouts. Pour remédier à cela, nous octroyons depuis quelque temps aux municipalités, en coopération la province, une subvention pour déconnecter du réseau d'évacuation les systèmes de récupération des eaux de pluie des particuliers. Nous évaluerons le dispositif fin 2021. Nous considérons les grands parcs d'activités comme des cibles de choix où beaucoup de choses peuvent être faites sans trop d'efforts. Nous réfléchissons notamment avec l'Association des employeurs du Limbourg sur les possibilités qui s'offrent à nous. Toutes les nouvelles constructions évacuent l'eau de pluie en dehors du réseau d'égouts. Un outil important pour promouvoir la déconnexion du réseau d'évacuation est la campagne conjointe Waterklaar (Prêt pour l'eau) www.waterklaar.nl.

    Nous informons sur les risques liés aux inondations

    Nous pensons qu'il est important que tous les résidents et entreprises connaissent le niveau de protection contre les inondations offert par l'office des eaux du Limbourg et ce qui relève de leur responsabilité. Nous déterminons la meilleure approche en concertation avec les municipalités. Nous offrons des informations sur les mesures à prendre chez soi, via www.wachtnietopwater.nl par exemple. Dans certaines zones, nous travaillons sur la signalisation des précipitations et sur des modèles de prévision des crues.

    Nous recherchons des solutions innovantes et durables

    Une refonte du réseau nécessite également une approche différente et des solutions innovantes. Pour ce faire, nous coopérons avec les instituts de connaissances, les entreprises et nos partenaires sur le terrain. Nous testons des projets dans deux régions pilotes, à savoir les bassins fluviaux de Groote Molenbeek et de la Gueule.

  • Nous adaptons nos services d'entretien et notre gestion des niveaux d'eau à un climat plus extrême

    • Nous retenons autant que possible l'eau dans les cours
    • Nous optimisons la distribution de l'eau
    • Nous offrons des conseils pour une utilisation efficace de

    Nous retenons autant que possible l'eau dans les cours

    Nous concentrons nos services d'entretien et notre gestion du niveau d'eau avant tout sur la retenue de l'eau. Nous évacuons l'eau uniquement lorsque cela est nécessaire. Pour ce faire

    • Nous développons des services d'entretien et une gestion du niveau d'eau dynamiques et basés sur les risques.
    • Nous automatisons les barrages et nous les contrôlons depuis une salle de contrôle centrale.
    • Nous étudions s'il est possible de mettre en place des directives pour encourager la retenue d'eau.
    • Nous installons de nouveaux barrages avec passes à poissons quand la situation le demande.
    • Nous offrons nos conseils en matière de barrages agricoles et de drainages contrôlés.
    • Nous installons des barrages temporaires dans les cours d'eau pendant la sécheresse.

    Nous optimisons la distribution
    de l'eau

    L'eau est transportée de la Meuse vers les zones plus élevées via le réseau de canaux limbourgeois et belge. La quantité maximale d'eau que la Meuse peut fournir en été aux provinces du Brabant septentrional et du Limbourg est de 5,4 m3/s, alors que la demande en eau augmente en raison des étés secs. Afin de pouvoir utiliser plus efficacement l'eau disponible, nous allons optimiser le système d'approvisionnement. Nous étudions également la possibilité de répercuter les coûts de l'approvisionnement en eau sur les utilisateurs.

    Nous offrons des conseils pour une utilisation efficace de l'eau

    Les captages d'eaux souterraines sont sous pression en raison de la sécheresse. C'est pourquoi nous conseillons les utilisateurs d'eau souterraine sur la façon de gérer au mieux les eaux souterraines prélevées. Nous testons des programmes spéciaux pour les entreprises en coopération avec ces dernières. Nous sensibilisons les résidents via la campagne Waterklaar (Prêt pour l'eau). Enfin, nous nous penchons sur la question du nombre croissant de puits chez les particuliers qui pompent souvent des quantités considérables d'eau sans autorisation.

Home
4. Adaptation climatique
Hoofdstukken
f